Lors d'une conférence de presse le 18 avril 2012, à la veille de l'assemblée générale de la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL), le président Dominique Chargé a confirmé que des groupes coopératifs sont prêts à lancer des investissements.

« Les projets sortiront prochainement des cartons, entre autres dans le Grand Ouest, a-t-il annoncé, sans donner de noms. Ils concernent essentiellement des produits-ingrédients » destinés aux marchés émergents. Il y aura des tours de séchage et des lignes de fromages-ingrédients.

Reconnaissant un retard pris par la France face à ses concurrents européens de l'Allemagne, des Pays-Bas ou du Danemark, il estime que « la prise de conscience est en cours ».

Il a par ailleurs rappelé que « les coopératives s'engagent à collecter tout le lait de leurs associés coopérateurs ». Cependant, cet apport total se fera « dans la limite de la capacité industrielle de la coopérative » pour ne pas s'exposer à un développement massif de la production laitière, qui dégraderait la rentabilité de l'entreprise.

E.C.