« Les 300 000 adhérents de la coopérative In Vivo ont-ils été en mesure de donner leur avis sur ce choix à 1,53 milliard d’euros ? », fustige la Coordination rurale dans un communiqué du 9 juillet 2018. Le syndicat évoque le projet de vente par « la coopérative des coopératives », de sa filiale de santé et nutrition animale , Neovia, au groupe américain ADM, annoncé le 2 juillet dernier.

« L’intérêt des coopérateurs au second plan »

Si In Vivo a justifié cette décision par la volonté de ses dirigeants de se recentrer sur les activités de d’agriculture, de vin et de distribution », la Coordination rurale y voit un exemple de « la tendance des coopératives à dériver avec des business-plans aux objectifs flatteurs pour les CV de leurs dirigeants, mais pour lesquels l’intérêt du coopérateur agriculteur de base reste secondaire ».

Neovia avait acquis ces dernières années plusieurs entités à l’international, ce qui lui a permis de devenir un opérateur majeur de l’alimentation animale et le leader français dans ce domaine.