Les problèmes relationnels et les divergences d'opinion, sur la Pac notamment, entre le président de la FNSEA, Xavier Beulin, et l'ancien président de Jeunes Agriculteurs, François Thabuis, n'étaient un secret pour personne. De là à penser que le premier aurait fait pression pour que son jeune homologue ne brigue pas un deuxième mandat, il n'y a qu'un pas, allègrement franchi dans nombre de discussions de couloirs au congrès JA, qui s'est clôturé le 5 juin à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). A tel point que Xavier Beulin a tenu à faire taire les rumeurs, lors de son intervention en tribune.

« On tente d'opposer la FNSEA et JA. Ni hier, ni à aucun moment, j'ai eu à intervenir dans le choix de votre président, a-t-il soutenu. La FNSEA n'a pas à interagir dans les décisions de Jeunes Agriculteurs. Nous avons eu des discussions vives, mais c'est le propre du syndicalisme. Jamais le président de la FNSEA ne vous demandera de vous subordonner. » Et tout de suite après : « J'attends tout de même un minimum de solidarité pour que nous puissions trouver des positions communes et avancer ensemble. »

Mines sceptiques en retour, sur les visages des congressistes. L'indépendance du syndicat jeune vis-à-vis des aînés reste un sujet sensible chez JA. Élu quelques heures plus tôt, le successeur de François Thabuis, Thomas Diemer, devra jongler entre la dynamique actuelle de son syndicat, qu'il entend conserver, et l'exigence d'amélioration des relations avec la FNSEA. Un difficile équilibre à trouver pour celui qui, en conclusion de son premier discours de président, affirme que « la force d'une organisation comme JA, c'est d'oser ! »

Après Thomas Diemer, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a lui aussi rendu hommage à l'ex-président : « Jje voudrais saluer François Thabuis, avec qui nous avons travaillé pendant cette période intense de refonte de la Pac. Je voudrais saluer sa capacité d'écoute et de dialogue, et je souhaite qu'avec JA, le ministère poursuive ainsi le travail ».

Alain Cardinaux