Réunis en congrès à Saint-Brieuc, Jeunes Agriculteurs (JA) a entamé mercredi les discussions sur son rapport d'orientation de 2014.

« Le syndicalisme international est en panne alors que les questions agricoles sont de plus en plus traitées à l'échelle mondiale », regrette JA dans ce document. Pas facile, en effet, pour des pays aux préoccupations différentes, de trouver des consensus sur la régulation des marchés ou l'accès au foncier. Mais le syndicat est bien décidé à « faire entendre sa voix dans tous les pays », en particulier là où les jeunes ne sont pas représentés.

Manifeste pour une agriculture familiale

Pour JA, la solution passe par un travail sur des « enjeux fédérateurs », comme celui de l'agriculture familiale, thème central de son congrès de 2014.

« L'objectif n'est pas d'apporter une définition de l'agriculture familiale qui se voudrait parfaite et gravée dans le marbre, au risque de se noyer dans des polémiques conceptuelles qui n'intéressent pas les agriculteurs. Notre volonté est d'identifier les modèles d'avenir qui répondent aux grands défis actuels et de demain que sont : maintenir une dynamique d'installation en agriculture, assurer un revenu rémunérateur et sécurisé pour tous, répondre aux enjeux alimentaires, affirmer la double performance économique et environnementale », est-il mentionné en introduction du rapport.

Nouveau président

Les jeunes proposeront en septembre, à l'occasion de leur sommet « Les terres de Jim », un « manifeste international des jeunes agriculteurs » en ce sens.

« Nous marquons notre volonté de réaffirmer quel type d'agriculture nous voulons pour demain, et quel type de syndicalisme : un syndicalisme qui défend davantage les agriculteurs que la ferme France », a affirmé François Thabuis, en marge des discussions.

A la tête du syndicat depuis deux ans, ce dernier apparaissait pour la dernière fois en tant que président. L'élection de son successeur, attendue mercredi soir, ne devrait pas réserver de surprise.

L'alsacien Thomas Diemer, ancien trésorier du syndicat et spécialiste des sujets liés à la distribution alimentaire, était en effet le seul candidat en lice. Un caractère « diplomate », pour soigner la cohésion du réseau. Et les relations avec la FNSEA... « Je souhaite que JA reste sur la même dynamique », indiquait-il toutefois, à quelques heures du vote.

Alain Cardinaux