Dacian Ciolos a quitté ses fonctions de commissaire européen à l'Agriculture le 1er novembre 2014. Dans un courrier adressé à plus d'une centaine d'ONG et organisations professionnelles, qu'il remercie du travail accompli ensemble, le Roumain tire un bilan positif de ses cinq années de mandat.

« La valeur des exportations de produits agricoles et agoalimentaires a progressé de 70 % en cinq ans. Le revenu des entreprises agricoles s'est accru de 25 %, tant dans les anciens Etats membres que les nouveaux. [...] Néanmoins, ces chiffres positifs ne doivent pas cacher les défis et la nécessité de continuer à appuyer l'agriculture européenne à travers une Pac forte, dotée d'outils solides », déclare l'ancien commissaire.

Sur ce plan, son bilan est presque inespéré quand on repense à l'orientation que prenait la Pac quand il a pris ses fonctions en 2009 : celle qui l'a précédé, la Danoise Mariann Fischer Boel, voulait passer l'agriculture à la seule toise du marché. Arrivé juste après la crise alimentaire mondiale de 2008, Dacian Ciolos a pu remettre l'agriculture au centre des préoccupations européennes : le budget de la Pac est relativement préservé (à la fin de 2009, on évoquait des baisses de 30 à 40 %) et les outils de régulation – aussi limités soient-ils – sont toujours là.

Une Pac plus équitable et plus verte

Comme un message à son successeur, l'Irlandais Phil Hogan, il martèle sa conviction : « La sécurité alimentaire reste un enjeu mondial majeur pour le XXIe siècle. Et l'Europe doit y contribuer en mobilisant de façon durable ses capacités de production, ses savoir-faire et son sens de l'innovation. [...] L'embargo décrété par les autorités russes en août 2014 et la crise liée à E. Coli en 2011 montrent à quel point nos filières sont exposées à une diversité de plus en plus grande d'aléas économiques, climatiques ou sanitaires. » Pour lui, les outils de la nouvelle Pac permettront la résilience de nos systèmes de production. L'avenir le dira. Rien qu'avec l'embargo russe, la réserve de crise pour 2015 est déjà presque vide... et l'année 2015 n'est pas entamée...

Dacian Ciolos avait ouvert son mandat avec une grande consultation publique sur l'agriculture, qui a conduit notamment à une Pac un peu plus équitable et un peu plus verte. « Il est fondamental que cette ouverture et cette réflexion se poursuivent dans les prochaines années. Car rien n'est jamais acquis pour une grande politique comme la Pac : elle devra continuer à montrer et démontrer de façon claire sa plus-value pour les citoyens européens. »

Arielle Delest