Selon les chiffres publiés vendredi 8 mars 2019 par le ministère de l’Action et des Comptes publics, le déficit commercial français toutes filières confondues augmente de 0,6 milliard d’euros en janvier 2019 pour s’établir à 4,2 milliers d’euros. L’agriculture ne fait pas exception puisque sa balance se dégrade sous l’effet conjoint d’une hausse des importations et d’une baisse des exportations.

Après un pic en décembre 2018, soutenu en particulier par d’importante livraison de blé à la Chine, les exportations subissent le repli des ventes de blé et de bovins à l’Algérie. La baisse de la vente d’orge aux autres pays de l’Union européenne influence aussi cette tendance.

Les importations, quant à elles, sont principalement tirées à la hausse par les achats d’oléagineux à l’Australie et à l’Allemagne, d’agrumes à Israël, de légumes à l’Espagne et de tournesol à la Roumanie.

R.H.
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les cours du blé remontent légèrement malgré l’épidémie de coronavirus

Les prix du blé repartaient légèrement à la hausse mercredi après deux jours de fortes baisses mais le niveau de demande suscite des interrogations, vu le regain de vigueur de l’épidémie liée au nouveau coronavirus.
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza en ordre dispersé devant la menace coronavirus

Les prix du colza évoluaient mercredi en ordre dispersé, avec une reprise sur l’échéance la plus proche et un nouveau recul sur les plus lointaines, toujours sur fond de préoccupations liées à l’épidémie de coronavirus.