Durant le mois de décembre, les températures se situent en dessous des normales saisonnières sur l'ensemble du territoire, avec des températures moyennes journalières souvent négatives, relate le ministère de l'Agriculture dans sa note parue le mardi 4 janvier 2011.

Trois offensives de l'hiver se sont succédé : la première a eu lieu en tout début de mois, la seconde du 15 au 18 et la dernière le 26, avec des moyennes journalières allant jusqu'à moins huit degrés dans le Nord-Est. La température moyenne de la France métropolitaine durant le mois de décembre est de 3°C et se situe trois degrés sous la normale saisonnière.

Globalement, les précipitations sont excédentaires de 14 % par rapport au niveau normal. Le surplus de précipitations est particulièrement important dans le Nord-Est, alors que le Sud-Ouest accuse un déficit de 30 %.

Les épisodes pluvieux et parfois neigeux ont eu lieu du 4 au 8 et du 16 au 24 décembre 2010. Entre le 1er et le 20 décembre, on observe une pluviométrique déficitaire sur la pointe nord, une grande partie de la Bretagne et au sud d'une ligne allant de Bordeaux à Besançon, à l'exception des alentours de Montpellier et de la chaîne alpine.

Depuis le mois de septembre 2010, les précipitations cumulées sont supérieures à la normale sur la majeure partie du territoire, et plus particulièrement sur les côtes bretonnes et dans les Landes. A l'inverse, les secteurs déficitaires se concentrent essentiellement dans la région Rhône-Alpes.

Le niveau des réserves utiles des sols en eau est au-dessus du niveau normal sur la grande majorité de la France métropolitaine. Ce niveau est relativement élevé à l'embouchure du Rhône. Cependant, quelques secteurs épars restent encore au-dessous du niveau normal des réserves utiles des sols en eau. Parmi eux, une large zone se situe dans un périmètre compris entre les Pyrénées-Orientales, la Lozère, le Gers et l'Ariège.