« Les nouvelles équipes seront prêtes à remplir leur rôle ordinaire de chambre d’agriculture mais aussi à accompagner les agriculteurs dans cette phase de transition », a affirmé Claude Cochonneau, président de l’APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture), lors de la présentation de ses vœux à la presse le 15 janvier 2019.

Le président a évoqué les futurs chantiers de l’année 2019. « En ce qui concerne la séparation de la vente et du conseil, à nous de nous mettre en ordre de marche », estime Claude Cochonneau. Le directeur général de l’APCA, Régis Dubourg, a indiqué que les chambres d’agriculture menaient des expérimentations pour « trouver une proposition de service ayant le meilleur rapport entre le coût et le gain pour l’exploitant ».

Avec la loi Essoc (droit à l’erreur : loi pour un État au service d’une société de confiance), les chambres d’agricultures se voient confier de nouvelles missions : informer les agriculteurs sur les évolutions réglementaires concernant les exploitations, appuyer les agriculteurs pour réaliser leurs demandes d’aides, réaliser des diagnostics avant contrôle et aider les exploitants à se mettre en conformité après un contrôle.

« Ce sont des accompagnements que nous réalisons déjà, a rappelé Claude Cochonneau, la loi nous oblige à mieux les formaliser. »

Le bureau renouvelé à moitié

Les votes pour les élections des représentants aux chambres d’agriculture sont ouverts depuis le 14 janvier. Les élus du bureau ont affirmé que les documents nécessaires au vote par correspondance et les identifiants pour le vote en ligne seront parvenus aux votants de tous les départements d’ici à la fin de la semaine.

Claude Cochonneau a confirmé qu’il se représenterait à la présidence des chambres d’agriculture, si la possibilité lui en est donnée. « Ces élections sont marquées par un fort taux de renouvellement du bureau », a-t-il signalé. 7 élus sur 13 verront leur mandant renouvelé.

« Nous avons déjà enregistré des votes en ligne dès lundi », constate Régis Dubourg. Les votes sont ouverts jusqu’au 31 janvier.

Marie Salset