De la colère et le sentiment d’être face à des discours contradictoires. Si la loi agriculture et alimentation, promulguée le 1er novembre 2018, ambitionne une montée en gamme de l’agriculture française, la profession est déconcertée par la volonté politique de conclure des accords de libre-échange avec des pays aux standards de production différents.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !