La Confédération paysanne (CP) annonce avoir collecté plus de 1.000 signatures à la pétition « contre l'obligation de l'identification électronique des petits ruminants et la certification de la voie mâle », dans un communiqué du 20 novembre 2013.

« La pertinence de nos revendications est en passe de payer », se félicite le syndicat. En effet, l'obligation de recourir à des mâles certifiés devrait être abrogée dans la future loi d'avenir, précise la CP. « Cette disposition aurait porté atteinte à la liberté de l'éleveur en l'empêchant d'utiliser son propre taureau, bélier ou bouc, ainsi que celui du voisin ! »

Néanmoins, « ce soulagement du côté de la production animale s'accompagne d'une inquiétude en production végétale, dénonce la CP.

Alors qu'est présentée aujourd'hui au Sénat la loi relative à la contrefaçon qui criminalise la reproduction et l'échange des semences, rien n'est prévu dans ce texte pour reconnaître les droits des agriculteurs en la matière. On est encore loin d'une révolution agroécologique ! »

Le syndicat conclut qu'il maintiendra la pression « face à une industrialisation de l'agriculture qui standardise notre nourriture, qui génère des problèmes de santé publique et de justice sociale importants et qui crée de la détresse chez les paysannes et paysans ».