L'Union nationale russe des producteurs de céréales a appelé, mardi, à lever partiellement l'embargo sur les exportations de céréales, en raison de la présence de surplus dans certaines régions du pays, selon son président Pavel Skourikhine.

« A mon avis, il serait raisonnable de disposer de manière rationnelle du grain » stocké dans le sud du pays, « peut-être en le vendant en partie en dehors de Russie », a-t-il déclaré, cité par l'agence Ria Novosti.

Il a ajouté qu'il faudrait parallèlement importer des céréales fourragères.

Les régions du sud du pays possèdent actuellement un surplus de céréales et celles qui ont souffert de la sécheresse en manquent, notamment de céréales fourragères, a-t-il souligné.

La veille, le vice-Premier ministre Viktor Zoubkov avait estimé le surplus de céréales dans le sud du pays à 10 millions de tonnes environ, indiquant qu'en octobre 400.000 tonnes avaient été livrées aux régions manquant de céréales.

Selon Dmitri Rylko, directeur général d'Ikar, l'Institut de la conjoncture du marché agricole, cela s'explique par le manque d'infrastructures pour livrer des céréales dans le pays.

« Depuis la deuxième moitié des années 2000, notre infrastructure était conçue pour l'exportation de céréales ; de plus, le grain allait du nord vers le sud », a-t-il déclaré.

« Quand il s'agit de livrer les céréales dans le sens inverse, des obstacles se posent tels que la lenteur de l'arrivée des convois et le nombre trop faible de wagons pour transporter les céréales. »

En raison d'une sécheresse et d'une canicule sans précédent durant l'été de 2010, la Russie a décrété en août un embargo sur les exportations de céréales, ses récoltes s'étant abaissées à environ 60 millions de tonnes, contre 95 millions de tonnes prévues initialement.

L'embargo, décrété jusqu'à décembre 2010, a ensuite été prolongé jusqu'à l'été de 2011.

Lire également :