« Au 3 novembre, 135,8 millions de tonnes de céréales ont été récoltées », a indiqué le ministère de l’Agriculture dans un communiqué. Le ministre Alexandre Tkatchev avait annoncé à la fin de septembre, sans donner de chiffre, que la récolte de la Russie, riche de fertiles « terres noires » dans le sud du pays, serait cette année la plus élevée depuis 1978, quand l’Union soviétique disposait de surfaces cultivées bien plus vastes.

Avant cela, le gouvernement est resté longtemps prudent dans ses prévisions, contrairement aux analystes, le ministre expliquant cette retenue par « des conditions météorologiques défavorables dans toute une série de régions ».

30 millions de tonnes à exporter

La récolte de blé dépasse d’ores et déjà les 80 millions de tonnes, dépassant les 73,3 millions de tonnes de 2016. « C’est un record », a déclaré mardi le ministre, cité par Interfax. Cette récolte devrait permettre à la Russie d’exporter 30 millions de tonnes de blé en 2017-2018 et de conserver ainsi son premier rang mondial, selon le ministre.

Lors de la campagne précédente, la Russie a exporté 27 millions de tonnes de blé. La Russie avait ravi lors de la campagne de 2015-16 le premier rang mondial aux États-Unis.

AFP