L’année 2019 restera sans doute dans les mémoires, pour sa sécheresse et ses vagues de chaleur. Des événements climatiques qui n’ont finalement pas pesé sur la moisson de céréales d’hiver, à en croire la dernière note d’Infos rapides du ministère de l’Agriculture mise en ligne ce 15 octobre 2019. La récolte de céréales en France s’établit à 71 millions de tonnes (Mt), en progression de 13,5 % sur un an et de 7,5 % par rapport à la moyenne de 2014 à 2018.

Une récolte de blé tendre abondante

39,7 MtLa production française de blé tendre en 2019 approche de son record de 2015.

Selon le ministère, la production française de blé tendre s’établit à 39,7 Mt. Elle est supérieure de 16,8 % à 2018, et de 12,6 % à la récolte moyenne de 2014 à 2018. « Elle approche ainsi du record de 2015, à 40,9 Mt. Les surfaces sont en hausse, de 140 000 ha (+2,8 %). Le rendement moyen progresse de 13,5 % sur un an. À 79,2 q/ha, il est proche lui aussi du niveau historique de 2015 » qui atteignait 79,3 q/ha.

La sécheresse et les deux canicules n’ont pas trop pesé dans la balance, à l’exception de l’Auvergne qui a enregistré une chute de 6,8 q/ha de son rendement sur un an. En termes de qualité, l’enquête de FranceAgriMer et Arvalis conclut à un bon cru. « La combinaison de ces différents indicateurs de qualité permet de classer les blés en différentes catégories de l’Access au Premium, selon la grille de l’interprofession Intercéréales ».

Rendement historique pour le blé dur

À l’inverse, la récolte de blé dur reculerait à 1,6 Mt, soit 12,8 % de moins qu’en 2018, pénalisée par la chute des surfaces : de 354 000 ha en 2018 à 253 000 ha en 2019. « Les régions du sud sont particulièrement touchées : –38,9 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur, –35,6 % dans le Midi-Pyrénées et –30,2 % dans le Languedoc-Roussillon. En revanche, le rendement atteindrait un niveau historique, à 61,9 q/ha. » Quant à la qualité, elle s’améliore pour cette campagne.

Davantage de surfaces en orge

7,5 q/haC’est l’augmentation du rendement des orges françaises entre 2018 et 2019, pour atteindre 70,8 q/ha.

« En 2019, la récolte d’orges atteindrait 13,6 Mt au niveau national, en hausse de 22 % par rapport à 2018 et de 16,5 % par rapport à la moyenne de 2014 à 2018, calcule le ministère. Les surfaces s’accroissent de 157 000 hectares en un an, profitant en particulier du recul des surfaces de colza et de blé dur. Les superficies en orges de printemps sont les grandes bénéficiaires, gagnant à elles seules 141 000 ha. »

En termes de rendement, le ministère table sur 70,8 q/ha, soit 7,5 q/ha de plus qu’en 2018, et 11 % par rapport à la moyenne de 2014 à 2018. « Malgré des perspectives d’exportations dynamiques vers les pays tiers (+42 %), les stocks augmenteraient particulièrement à la fin de la campagne de 2019-2020 (+69 % par rapport à 2018-2019) du fait de l’importante récolte, selon FranceAgriMer. Les ventes aux pays de l’Union européenne reculeraient d’environ 6 %. »

Premières estimations pour le maïs grain

Pour le maïs grain, y compris les semences, il ne s’agit encore que d’une estimation, mais le ministère table sur une production de 12,7 Mt, en hausse de 0,1 % sur un an, mais en repli de 10,6 % par rapport à la moyenne de 2014 à 2018. « Les surfaces progressent de 94 000 ha. Les rendements ont particulièrement pâti de la sécheresse estivale : ils s’établissent en moyenne à 85,4 q/ha, après 89,2 q/ha en 2018 et 91,6 q/ha sur la période de 2014 à 2018. »

E.R.
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Stabilité du blé et du maïs

Les prix du blé et ceux du maïs étaient stables jeudi, alors que l’Égypte a de nouveau lancé un appel d’offres pour le blé tendre.