L'Etat doit rogner sur ses taxes, et la filière pétrolière sur ses marges, demande Familles rurales.

Familles rurales a participé, le lundi 27 août 2012, à la réunion organisée par le ministère de l'Economie sur les prix des carburants. A cette occasion, le mouvement a « rappelé que la hausse du prix des carburants est une préoccupation majeure pour les familles, notamment celles vivant en milieu rural [...] dans la mesure où elles n'ont pas d'autres alternatives (absence ou bien faible maillage de transport en commun notamment) que le recours à l'automobile », observe Familles rurales dans un communiqué.

Familles rurales « a souligné la part importante des taxes dans le prix d'un litre de carburant qui est pourtant un produit de première nécessité : ce qui n'est pas tolérable. Cela est accentué par le fait que le coût de la matière première (pétrole) n'est pas maîtrisable et que le taux de TVA est de 19,6 % (au lieu de 7 % ou 5,5 %) ».

Pour le mouvement, « des efforts doivent être consentis de part et d'autre : par l'Etat en supprimant la TVA sur la TICPE (1) ; par les acteurs de la filière avec une baisse substantielle de leur marge ».

De plus, Familles rurales « souhaite la mise en place d'aides directes aux familles ayant de bas revenus vivant en milieu rural, devant se déplacer en voiture pour se rendre au travail et dont le budget en carburant représente une part très importante de leur budget total ».

Familles rurales « attend, des négociations à venir, une décision significative : si la baisse du prix des carburants n'atteint pas 0,10 euro [par litre], il n'y aura aucun impact sur le pouvoir d'achat des familles », conclut le communiqué.

_____

(1) TICPE : taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques.