Poussés par la flambée des cours du pétrole brut et par l'affaiblissement de l'euro, les prix des carburants à la pompe ont atteint la semaine dernière de nouveaux plus sommets depuis l'automne de 2008, se rapprochant peu à peu de leurs records historiques.

Le prix du gazole, qui évolue depuis plusieurs semaines à un sommet depuis deux ans, a encore augmenté la semaine dernière pour s'établir à 1,2325 euro le litre toutes taxes comprises.

Ce carburant, le plus consommé en France avec 75 % des ventes, a ainsi atteint un nouveau plus sommet depuis la semaine du 10 octobre 2008, selon les chiffres publiés par la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) sur son site internet.

En un an, le prix du gazole a grimpé de 18 % et celui de l'essence sans plomb 95 a bondi de 13 %.

Tous les carburants évoluent aujourd'hui à leur niveau le plus élevé depuis septembre ou octobre 2008 : 1,4134 euro le litre pour le super sans plomb 95 et 1,4497 euro le litre pour le sans-plomb 98.

« Deux facteurs se combinent pour provoquer cette hausse des prix : la baisse de l'euro et la remontée du baril de pétrole », pointe Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

Les cours du pétrole brut ont frôlé les 95 dollars le baril vendredi à Londres, un niveau inédit depuis le 2 octobre 2008. Ils sont soutenus par la rigueur de l'hiver qui dope la demande de fioul de chauffage et par les bonnes perspectives de l'économie mondiale, en particulier en Asie.

« On est sur une tendance haussière de la demande et des prix qui risque de se prolonger en 2011 », estime M. Schilansky.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la consommation mondiale d'or noir a progressé de 2,9 % cette année pour atteindre un niveau record à 87,4 millions de barils par jour. Pour 2011, l'AIE prévoit une demande de pétrole en hausse de 1,5 %.

L'affaiblissement de l'euro contribue aussi à renchérir les prix à la pompe. Le pétrole étant vendu en dollars, un recul de la monnaie européenne augmente automatiquement le prix des importations d'or noir.

Or la crise de la dette en Europe a fait tomber l'euro à 1,3055 dollar la semaine dernière, alors qu'il cotait 1,43 dollar il y a un an.

Depuis Noël 2009, la valeur du baril de Brent a ainsi progressé de 24 % en dollars et a bondi de près de 36 % en euros passant de 53 euros il y a un an à 72 euros à la fin de la semaine dernière.