Cette récolte est la première depuis la modernisation des serres de Canopy growth entamée en 2018. L’entreprise annonce qu’elle se concentre désormais sur l’optimisation de ces installations en termes de rendement et de coût.

Le chiffre d’affaires multiplié par trois

Ce poids lourd de l’industrie naissante de la marijuana a dégagé un chiffre d’affaires trimestriel de 103,4 millions de dollars canadiens, une hausse de 299 % sur un an s’expliquant largement par la légalisation du cannabis récréatif au Canada en octobre dernier.

L’entreprise a aussi indiqué que durant ces trois mois, d’avril à juin, ses ventes de cannabis thérapeutique hors Canada ont explosé de 209 % par rapport au premier trimestre de 2019. En particulier, elle produit désormais en Europe : en Allemagne et au Danemark.

Aux États-Unis, où plusieurs États ont légalisé totalement la consommation d’herbe, le groupe canadien « a développé ardemment » une offre variée de produits à base de cannabidiol (CBD), une molécule non psychoactive du cannabis.

Lancement de nouveaux produits

Canopy Growth compte lancer ce produit d’ici à la fin de son exercice 2020. Il s’agit notamment de « produits pour la peau, de cosmétiques, de crèmes anesthésiantes, de produits à vapoter, de boissons, de comestibles et d’huiles ».

L’entreprise estime que sa récolte du premier trimestre témoigne de sa « capacité à augmenter la production de souches de cannabis “riches en THC”, […] ce qui lui permet de mieux répondre à la demande croissante [pour ce type de produits] dans le commerce de détail. »

Canopy growth souligne également l’augmentation « constante des ventes au détail de produits pour un usage récréationnel, qui reste le principal canal pour atteindre de nouveaux consommateurs ».

Des pertes financières

Pour le premier trimestre de son exercice, entre avril et juin 2019, Canopy Growth a essuyé une perte de 1,281 milliard de dollars canadiens (863 millions d’euros), contre une perte de 91 millions de dollars il y a un an, indique le groupe dans son communiqué.

L’entreprise attribue une large part de ses pertes aux « importants investissements » réalisés aux États-Unis pour ouvrir des bureaux en Californie, au Colorado, et bientôt dans l’Illinois et à New York, bien qu’elle réalise très peu de chiffre d’affaires dans ce pays.

Inscrite à Wall Street et à la Bourse de Toronto, et avec une capitalisation boursière de 14,7 milliards de dollars canadiens (9,9 mds EUR), Canopy Growth est le plus gros acteur au monde de l’industrie du cannabis.

Mais depuis la légalisation au Canada, son titre n’a cessé de reculer. Mercredi encore son action WEED a chuté à la Bourse new-yorkaise. La chute s’est même accentuée après la publication de ces résultats.

AFP