Les discussions sur le budget de l’UE pour la période post-2020 vont bon train. Mardi, une note du gouvernement rendue publique dévoilait la nouvelle stratégie de négociation de la France : ne plus s’arc-bouter sur la protection du budget de la Pac pour répondre à de nouvelles priorités, au premier rang desquelles figure la défense de la zone européenne.

Dans un communiqué au ton très mesuré, publié le 10 janvier 2018, la FNSEA est revenue sur cette nouvelle donne de négociation. D’abord pour saluer la position française : dans un contexte budgétaire morose, « la France porte de grandes ambitions pour le projet européen et nous nous en félicitons. De nouvelles priorités émergent qui sont autant de défis que l’UE doit relever pour répondre aux attentes légitimes des citoyens ».

Un budget à la hauteur des enjeux

Mais aussi pour rappeler que « l’agriculture a toute sa place dans ce projet. La politique agricole commune ne saurait donc être sacrifiée dans ce débat. Elle mérite bien au contraire un budget à la hauteur de ces enjeux et que chacun comprenne ce qu’elle représente pour chaque citoyen comme pour les enjeux géostratégiques de la France et de l’Europe », ajoute le syndicat.

« Sans doute, l’Europe devra être économe et s’assurer que chaque euro dépensé est un euro bien dépensé. Mais elle devra aussi mettre sur la table des propositions pour accroître ses ressources propres », ajoute le syndicat, qui souhaiterait voir la France en « premier de cordée » sur ce terrain.

Alain Cardinaux