Jean-Yves Le Drian (PS), président du conseil régional de la Bretagne, a demandé l'annulation d'une réunion du comité de suivi du plan relatif aux algues vertes, réclamant des éclaircissements sur le contenu du futur décret réglementant les extensions d'élevages, prévu par le projet de loi de modernisation de l'agriculture (LMA).

« J'ai demandé la suspension des travaux » du comité de suivi car « tout ce qui s'est passé autour de l'amendement Le Fur a provoqué de la perturbation, des interrogations et mis des doutes. [...] Or il faut restaurer la confiance », a estimé Jean-Yves Le Drian lors d'un point de presse à Rennes.

Le préfet de Région, Michel Cadot, a accédé à la demande du conseil régional en déplaçant la réunion, initialement prévue mardi. Elle pourrait intervenir dès les premières semaines de septembre, a précisé le préfet dans un communiqué.

Le député breton Marc Le Fur (UMP) est à l'origine d'un amendement sur les extensions d'élevages intensifs, discuté le 2 juillet 2010.

Cet amendement proposait de relever de 450 à 2.000 places le seuil à partir duquel une porcherie serait soumise à une autorisation ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement).

Les députés ont finalement voté un compromis renvoyant à un décret ultérieur au contenu encore incertain, ce qu'a dénoncé l'opposition.

« Il faut clarifier. Comment dire, d'un côté, on va lutter contre les algues vertes, on va financer, poser des normes strictes avec les agriculteurs et, de l'autre, on va alléger les contraintes pour les extensions des élevages porcins ? », s'est insurgé Jean-Yves Le Drian.

« Je vais demander à M. Le Maire (le ministre de l'Agriculture, NDLR) de préciser le sens du décret qu'il compte prendre », a-t-il ajouté.

Lire également :

Elevage/Installations classées : Eau et Rivières en colère, FNE « sceptique », après le compromis à l'Assemblée (5 juillet 2010)

Porc : pas de relèvement du seuil d'autorisation (2 juillet 2010)