« Pour une fois, on assiste, temporairement, à un vrai divorce entre le marché des céréales et des oléagineux et celui des actions ou du pétrole », remarque Jason Roose, de la maison de courtage US Commodities. La crainte de voir l’épidémie de pneumonie virale apparue en Chine en décembre se transformer en pandémie avec des conséquences perturbatrices pour les pays du monde entier, après la découverte de nouveaux cas en Corée du Sud, en Italie, en Iran, au Koweït, à Bahreïn ou en Irak, pesait encore fortement sur les indices de Wall Street et sur le prix du pétrole mardi.

D’autres facteurs jouent sur l’évolution des prix

Mais les cours du maïs, du blé et du soja semblaient échapper à ce vent de panique et ont profité d’un rebond technique après avoir beaucoup chuté lundi. « Même si c’est un élément important, le coronavirus n’est pas en soi une nouvelle information », estime M. Roose. « Et d’autres facteurs jouent sur l’évolution des prix », dit-il en citant la météo en Amérique du Sud, la concurrence sur le marché mondial ou la nécessité d’intégrer une prime dans les cours à l’approche de la saison des semis de printemps.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le plus échangé, a terminé mardi à 3,7650 dollars, contre 3,7625 dollars à la précédente clôture (+0,07 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus actif, a fini à 5,3700 dollars, contre 5,3475 dollars lundi (+0,42 %).

Le boisseau de soja pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé à 8,8825 dollars, contre 8,8250 dollars la veille (+0,65 %).

Voir aussi : cours et marchés agricoles pour la France avec analyses et tendances

AFP

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé rebondit à la suite de Chicago

Les prix du blé étaient en nette progression, ce lundi 6 avril 2020 après-midi.