« Les courtiers se demandent si le ministère de l’Agriculture va modifier ses anticipations sur les superficies, sur les rendements, sur la demande », remarque Dax Wedemeyer, de la maison de courtage US Commodities. Les acteurs du marché ont été particulièrement surpris quand le ministère avait fait part à la fin de juin d’une augmentation du nombre d’acres affectés au maïs par rapport au précédent rapport alors que les abondantes précipitations du printemps ont longtemps freiné les semis.

« L’attention se tournera vers la météo »

Une fois le rapport dévoilé jeudi, « l’attention des courtiers se tournera vers la météo, prédit Arlan Suderman, économiste pour INTL FCStone. Les récoltes sont actuellement face à un risque élevé de chaleur et de sécheresse cette année. [À cet égard], la trajectoire de l’humidité liée aux orages tropicaux sera un élément clé. »

Un rapport hebdomadaire diffusé lundi a montré une légère amélioration de la qualité du maïs, 57 % étant considérés comme bon à excellent contre 56 % la semaine précédente, et une petite dégradation du soja à 53 % dans la catégorie bon à excellent (contre 54 %).

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en septembre, le plus échangé, a terminé mercredi à 4,3500 dollars contre 4,3250 dollars mardi à la clôture.

Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 5,0475 dollars contre 5,0275 dollars mardi.

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, s’est établi à 9,1275 dollars contre 9,0425 dollars à la précédente clôture.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le marché du blé stable

Les prix du blé étaient stables, ce mardi 10 décembre 2019 en fin d’après-midi, après le lancement d’un appel d’offres par l’Égypte pour février, sur lequel la France ne semblait pas en mesure de se positionner.