Dans son rapport mensuel sur l’offre et la demande de produits agricoles (Wasde) diffusé le mardi 11 juin 2019, le ministère américain de l’Agriculture (USDA) avait déjà fortement abaissé ses prévisions sur les moissons à venir de maïs, faisant bondir le prix de la céréale. Il n’avait en revanche pas touché à ses estimations sur le soja.

Le marché anticipe

L’économiste en chef du ministère a prévenu que ses services allaient réviser ses chiffres pour le soja pour le prochain rapport, attendu en juillet. « Les courtiers en ont déduit qu’on allait avoir une réduction prononcée des estimations de la superficie et du rendement de la récolte à venir », a indiqué Michael Zuzolo, de Global Commodity Analytics and Consulting.

Même si les pluies cessaient, ce qui n’est pas encore le cas selon les dernières prévisions météorologiques, nombre de terrains sont encore humides, en particulier autour des voies d’eau, fait-il remarquer. Et le soja, semé un peu plus tard que le maïs, en pâtira aussi.

Des inquiétudes pour le blé

Les investisseurs s’inquiètent également de voir persister les inondations dans certaines zones de production du blé, « poussant les agriculteurs à ne pas moissonner et à préférer les indemnisations de la part des sociétés d’assurance », a ajouté Michael Zuzolo.

Le boisseau de maïs pour livraison en juillet, le contrat le plus actif actuellement, a fini mercredi à 4,3825 dollars contre 4,3625 dollars la veille.

Le boisseau de blé (environ 25 kg) pour juillet, également le plus échangé, a terminé à 5,3100 dollars contre 5,2125 dollars à la précédente clôture.

Le boisseau de soja pour livraison en juillet, le plus actif, s’est établi à 8,8475 dollars contre 8,6625 dollars mardi.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé s’installe au-dessus des 180 euros sur le marché européen

Les prix du blé progressaient encore lundi sur le marché européen des céréales, et le maïs était aussi à la hausse, soutenus par le « contexte d’adversité climatique » aux États-Unis.