Le procès avait commencé un peu plus tôt dans la journée. Il est reproché à ces militants de s’être introduits dans trois exploitations agricoles, à Beaulieu (Orne), Goussainville (Eure-et-Loir) et Jumelles (Eure) pour « libérer des volailles et des porcs, le 14 avril 2019 et le 13 décembre 2018. Lors de la seconde action, un mouvement de panique au sein de l’exploitation de l’Eure avait causé la mort par étouffement de près de 1 400 dindes, a précisé le parquet.

Les militants n’ont vraiment peur de rien. Le 19 septembre, la veille de ce procès, ils n’ont pas hésité à diffuser sur leur compte Twitter un message dénonçant l’incendie qui a ravagé un élevage dans l’Orne comme « le coup monté de la FNSEA MAFIA à deux jours du procès de l’élevage d’Évreux. Comme l’avaient fait les NAZIS avec l’incendie du Reichstag en 1933 pour accuser les communistes. »

« Des infractions pénales »

« Nous ne sommes pas là pour juger des idéaux mais des infractions pénales », a souligné la procureure de la République, Dominique Puechmaille, avant de regretter « l’indécence » des militants qui « comparent l’élevage à la dictature nazie ». « Les camps de concentration sont toujours là. On libère des prisonniers », avait un peu plus tôt lancé à la barre une prévenue de 25 ans.

Le parquet a requis 18 mois de prison dont six ferme contre deux prévenus, Solveig Halloin, 44 ans, et Vincent Aubry, 32 ans, deux « porte-parole » de l’association « Boucherie Abolition ». Il a en outre demandé 18 mois de prison avec sursis contre neuf des prévenus, 4 mois avec sursis contre un autre et 2 mois avec sursis contre un dernier.

Plaidoiries

« Je ne suis pas l’avocat de mafieux », a plaidé maître Pierre Morrier, l’avocat d’un couple d’éleveurs victimes, dont l’exploitation connaît « 2 ou 3 décès par jour, ce qui témoigne de la performance de cette exploitation ». « On traite nos clients de kapos, de nazis… Rendez-vous compte de la tonalité des débats ! », a-t-il ajouté.

L’avocate de trois militants, cofondatrice du Parti animaliste, Hélène Thouy, a affirmé que « l’animal n’est pas une chose que l’on vole. L’animal n’est pas couvert pas l’infraction de vol ». « L’animal relève du régime des biens. Lorsque l’on prend deux dindes dans un élevage, c’est du vol », a rétorqué la procureure. Elle a dénoncé la « particulière gravité des faits, qui génère une véritable psychose chez les éleveurs ».

Un « risque évident de récidive »

La magistrate a pointé un « risque évident de récidive, car les prévenus ne se remettent pas du tout en cause ». Ces derniers, âgés de 25 à 50 ans, ont reconnu les faits, plaidant la désobéissance civile. Certains portaient des tee-shirts avec des slogans comme : « Quelle justice pour les victimes de l’élevage ? », « Élevage hors la loi » ou « Sauver des vies n’est pas un crime ».

Les échanges ont parfois été tendus entre les avocats de la défense et le président du tribunal, de même qu’entre le parquet et Solveig Halloin, qui a lancé à la procureure « Vous voulez essayer l’encagement ? ». « Nous ne sommes pas des fous, nous sommes des lanceurs d’alerte », a renchéri une autre prévenue, âgée de 37 ans, en pleurs à la barre. La plupart des militants sont poursuivis pour dégradations, vols, violation de domicile, entrave à la liberté du travail. La FDSEA de l’Eure s’est constituée partie civile.

AFP