Une nouvelle application, gratuite, pour smartphone permettant d'identifier rapidement une plante, directement sur le terrain et de partager en temps réel ses observations, a été présentée ce lundi 25 février 2013 au Salon de l'agriculture, à Paris.

Cette application mobile a été développée dans le cadre du projet de science participative Pl@ntNet et concerne pour l'instant les plantes de France métropolitaine.

L'utilisateur qui souhaite identifier une plante prend de une à cinq photos avec son smartphone, qui sont aussitôt transmises et comparées à une banque d'images réparties en quatre catégories (fleur, feuille, fruit et tige ou écorce quand il s'agit d'un arbre).

Si le niveau de connexion est insuffisant, la requête peut être enregistrée et relancée lorsqu'un réseau est à nouveau disponible.

La base d'images interrogées est générée collaborativement dans le cadre du réseau Tela Botanica, l'un des plus gros réseaux de botanistes francophones, avec plus de 19.000 membres, a souligné Pierre Bonnet, coordinateur du réseau pour la partie biologie.

« Pour le moment, on s'appuie sur une partie des images du réseau, à savoir environ 20.000 images pour 800 espèces », a-t-il précisé, mais cette ressource est appelée à s'étoffer.

Le défi, pour les développeurs de l'application mobile, est d'arriver à un compromis satisfaisant entre la pertinence du résultat, et la vitesse de la réponse, a souligné le chercheur.

Si l'utilisateur le souhaite, il peut aussi enrichir lui-même le système, en transmettant les informations qu'il a utilisées pour lancer sa requête (images, lieu et date de la prise de vue).

Dans un premier temps, l'application mobile sera disponible sur l'Apple Store, mais une version Android est également « en cours de finalisation », a indiqué Pierre Bonnet.

Le projet est porté par quatre instituts, en partenariat avec l'association Tela Botanica : le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), l'Inra, l'IRD (Institut de recherche pour le développement) et l'Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique).

I.E.