La FDSEA de l'Ile-de-France, qui appelle à manifester jeudi autour de Paris, vise plutôt des barrages filtrants dans la matinée sur les principaux axes routiers (et ferroviaires) pour laisser quand même passer les automobilistes.

« On appelle plutôt à du filtrant. L'idée, c'est de pas être totalement impopulaires mais de lancer un cri d'alarme face à la surdité du gouvernement », a indiqué à l'AFP Damien Greffin, président de la FDSEA d'Ile-de-France, qui a appelé ses adhérents à participer à un « blocus de Paris ».

« Notre volonté, c'est que ça ne dure pas trop longtemps, de 7h00 à la fin de matinée. Mais ça ne sera pas non plus du filtrant partout, et, à certains endroits, il ne faut pas grand-chose pour bloquer Paris », a-t-il ajouté, en précisant être en contact avec les forces de l'ordre.

La mobilisation ne doit cependant concerner que les départements de l'Essonne et de l'ouest de la Région Ile-de-France.

La FDSEA compte plusieurs milliers d'adhérents qu'elle appelle à se mobiliser à bord de tracteurs, camions et voitures pour protester contre un « cumul de taxes et de réglementations », et surtout contre la redistribution des aides européennes entre céréaliers et éleveurs (au profit de ces derniers) à la faveur de la nouvelle politique agricole commune.

Les Jeunes Agriculteurs (JA) de l'Ile-de-France se joignent au mouvement.

M. Greffin redoute des débordements d'éléments extérieurs à ces deux organisations : « On n'est pas des terroristes », a-t-il insisté en refusant d'être « assimilé aux bonnets rouges ».