Agritel a annoncé ce mardi 5 juillet 2016 dans un communiqué son estimation de production de blé tendre français pour 2016. Au 25 juin, le cabinet estimait la production française à 37,26 millions de tonnes (Mt), une estimation permise à la suite d’un « crop-tour » (tour de plaine) réalisé par ses équipes sur 13 départements représentant près de 40 % de la production française.

Chute de 9,2 % de la production par rapport à l’an passé

La production de 2016 serait en baisse de 9,2 % par rapport à celle de l’an dernier (41,02 Mt). Une diminution expliquée par une baisse du potentiel de rendement, et ce malgré la hausse de 5 % de la surface cultivée (estimée à 5,253 millions d’hectares) par rapport à la moyenne quinquennale !

En effet, « le potentiel de rendement du blé tendre a ainsi été mesuré au 25 juin à 7,09 tonnes par hectare, soit une baisse de 10,4 % par rapport au record de l’an dernier et de -3,9 % par rapport à la moyenne quinquennale », précisait Agritel dans un communiqué.

Malgré tout, la hausse des surfaces cultivées permet à la production de rester supérieure de 0,8 % par rapport à la moyenne de ces cinq dernières années.

L’Allemagne s’attend à produire 48 millions de tonnes

Le constat est différent en Allemagne où les agriculteurs s’attendent à une récolte céréalière globalement bonne, même si légèrement inférieure à celle de l’an passé. Les 18 sections régionales de la fédération agricole DBV prévoient une récolte totale comprise entre 47 et 48 millions de tonnes cette année. Légèrement moins que l’an passé (48,9 Mt), elle reste néanmoins supérieure à celle de la moyenne quinquennale (47,2 Mt).

Les chiffres de chaque pays producteurs devraient être affinés au fur et à mesure de l’avancée des moissons, mais les inquiétudes restent très fortes concernant la qualité du blé.

C.L.J.
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Après plusieurs séances de baisse, petit rebond du blé

Les cours du blé rebondissaient vendredi, après plusieurs séances de baisse, afin de tenir les prix voire de combler un écart de compétitivité avec la concurrence internationale.