Les tests conduits dans la zone autour de la ferme de l'Oregon (ouest des Etats-Unis) où a été trouvé du blé OGM Monsanto non homologué ne donnent aucun signe de contamination, a-t-on appris le lundi 10 juin 2013 auprès du ministère de l'Agriculture américain (USDA).

« Nous avons trouvé de l'OGM dans ce champ de l'Oregon mais, pour l'instant, il n'y a aucune indication de présence d'OGM dans du blé commercialisé », a indiqué un porte-parole du ministère. Il a toutefois précisé que les tests de l'USDA sur la question n'étaient pas terminés.

La raison de la présence de cet OGM, dans cette région où les essais en plein champ de blé OGM ont été interrompus par Monsanto il y a plus de dix ans, n'est toujours pas connue. « Nos enquêteurs étudient toutes les possibilités », a ajouté le porte-parole.

Plusieurs pays asiatiques ont suspendu une partie de leurs importations de blé tendre blanc américain, cultivé en Oregon et dans l'Ouest américain, tandis que l'Union européenne a recommandé aux Etats membres de tester leurs importations de blé en provenance des Etats-Unis.

Un porte-parole du groupe d'intérêt des producteurs de blé américain US Wheat Associates a indiqué que « moins de 0,5 % de tout le blé exporté des Etats-Unis vers l'Europe » était du blé tendre blanc provenant des régions de l'Ouest américain.

Monsanto avait déclaré, la semaine dernière, mener des essais en plein champ de nouveaux OGM de blé résistant à de multiples herbicides à la demande des agriculteurs, mais « Monsanto n'est qu'une des nombreuses organisations privées et publiques qui conduisent des essais aux Etats-Unis », a souligné le porte-parole de US Wheat, Steve Mercer.

Les allemands BASF et Bayer, les américains Dow Chemical, DuPont Pioneer et Syngenta, autres géants du secteur, conduisent également des programmes de développement de blé OGM, selon un document consulté sur le site de US Wheat (Wheatworld.org).

Des programmes de développement de blé OGM ont lieu en Australie (Monsanto et InterGrain, Dow et HRZ Wheats) au Brésil (Bayer et Biotrogo Genetica), ou encore en Allemagne (Bayer).

« Des essais en champs de blé OGM ont été conduits dans plusieurs des principaux marchés d'exportation et d'importation dans le monde, y compris l'Australie, le Royaume-Uni et la Chine », a précisé M. Mercer.

Selon lui, ces essais sont menés à « petite échelle » et sous « stricte surveillance réglementaire, dans des conditions confinées et strictement contrôlées » par l'USDA. Ces recherches en sont à un stade précoce et la commercialisation de blé OGM n'aura pas lieu « avant environ une décennie », a-t-il précisé. Aucun blé OGM n'est commercialisé dans le monde à l'heure actuelle.

Alors qu'au début des années 2000, Monsanto avait renoncé à développer des OGM de blé face au tollé que cette perspective avait provoqué chez les consommateurs, faisant craindre aux producteurs de faibles perspectives de commercialisation, M. Mercer affirme que le secteur agricole américain est maintenant demandeur car « la demande s'accroît dans le monde, tandis que les superficies de blé cultivées se réduisent ».