Les derniers chiffres, publiés ce lundi 14 novembre dans le Bulletin de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) sur l’offre et la demande de céréales, reflètent une révision à la hausse des perspectives de production mondiale de blé, qui devrait maintenant atteindre les 746,7 millions de tonnes, soit une progression de 4,3 Mt par rapport aux prévisions de la FAO datant du mois d’octobre.

Cette augmentation tient à la hausse de la production en Fédération de Russie – qui devrait atteindre un nouveau record – et au Kazakhstan, où des conditions climatiques favorables ont tiré vers le haut les perspectives de rendement.

Belles perspectives de production au Nord et au Sud

Les semis de blé pour la campagne de semis de 2017 en Russie et en Ukraine sont plus importants que celles de l’année précédente. Cependant, la FAO révèle que « les agriculteurs américains sèment à présent sur une superficie réduite, en raison de perspectives faisant état de prix relativement bas et d’exportations plutôt modérées. Cette situation s’explique notamment par le renforcement du dollar américain ».

Dans le même temps, les agriculteurs situés dans les pays de l’hémisphère Sud ont déjà commencé à semer leurs céréales pour l’été de 2017 et « les conditions climatiques propices laissent présager une certaine croissance en Amérique du Sud », ajoute la FAO. La superficie de maïs plantée en Argentine devrait augmenter de 6 % par rapport au meilleur niveau enregistré l’année dernière.

La hausse de la production mondiale de blé et d’orge compense largement la baisse de 4,8 millions de tonnes de la production de maïs prévue pour 2016, due aux conditions météorologiques qui ont eu pour effet de faire baisser les rendements au Brésil, en Chine, dans l’Union européenne et aux États-Unis. La production mondiale de céréales est ainsi elle aussi revue à la hausse par la FAO.

Stocks mondiaux de céréales records

La hausse des prévisions de production de blé a fait également augmenter les estimations de stocks mondiaux de céréales à la fin de la campagne de 2017. Ceux-ci ont été relevés à hauteur de 2,5 millions de tonnes et atteignent près de 662 millions de tonnes, soit une augmentation de 0,6 % par rapport à leur niveau d’ouverture, qui était déjà élevé. Cette valeur serait « la plus élevée jamais enregistrée », d’après la FAO.

Hausse de 6 % de l’utilisation fourragère en blé

L’utilisation fourragère des céréales devrait, relativement aux autres types d’utilisation, augmenter de 2,7 % dans le monde en 2016-2017, sous l’effet d’une grande disponibilité en céréales secondaires et de disponibilités abondantes de blé de qualité inférieure. « Selon les prévisions actuelles, 756,6 Mt de céréales secondaires devraient être utilisées pour l’alimentation animale (soit une augmentation de 2,1 % par rapport à 2015-2016), et 146,6 Mt pour le blé », précise le rapport. Ce volume d’utilisation de blé en alimentation animale représente une hausse de pas moins de 6,1 % par rapport à la campagne agricole précédente. Une valeur elle aussi élevée et jamais enregistrée jusqu’à présent, d’après la FAO, signe d’une campagne atypique.

C.L.J.