Pour l’AFBV, il faut donc que l’Union européenne s’ouvre à « toutes les technologies nouvelles permettant de réduire les utilisations de produits phyto ». « Les biotechnologies y ont particulièrement leur place », juge l’AFBV citant par exemple l’édition génomique. Cette technique permet de modifier de manière ciblée l’ADN d’une plante en un site pré...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !