Les chasseurs de la Picardie ont présenté mardi à Barenton-Bugny (Aisne) un label qui recommandera aux agriculteurs certains types de semences favorables à la faune quand ils devront implanter des couverts végétaux obligatoires sur leurs terres.

Première démarche de ce genre dans le pays, les fédérations de chasseurs des départements de l'Aisne, de la Somme et de l'Oise se sont associées aux chambres d'agriculture, syndicats et coopératives agricoles pour créer ce logo « conseillé par les chasseurs de Picardie ». Il sera apposé sur les paquets de semences favorables à la biodiversité et notamment au petit gibier, a précisé Jerôme Méry, directeur technique de la fédération des chasseurs de l'Oise.

La directive nitrates rend obligatoire pour les agriculteurs un couvert végétal sur 100 % des sols sensibles, en hiver, à partir de 2012 pour lutter contre l'érosion et préserver la qualité des ressources en eau.

Alors que les agriculteurs ont jusqu'ici tendance à privilégier l'implantation de la moutarde pour ces couverts végétaux car elle est peu coûteuse, les chasseurs estiment que la biodiversité sera mieux servie par plusieurs types de mélanges de plantes comprenant notamment la vesce, l'avoine, le sarrasin, la phacélie, les trèfles et le radis.

« Ces mélanges que nous recommandons coûtent plus cher mais s'ils sont bien utilisés grâce à nos notices techniques, les agriculteurs constateront, outre les bénéfices pour la faune, une augmentation de leur productivité », a souligné Jérôme Méry.

Ces recommandations – validées par le conservatoire des sites naturels – sont le fruit d'expérimentations menées par les chasseurs de la Champagne-Ardenne et devraient faire des émules, estime-t-il.

Le président de la fédération des 62.000 chasseurs de la Picardie (sur 1,35 million en France, ndlr), Yves Butel, a fait remarquer qu'elle consacrait un budget annuel de 18.000 euros aux actions agricoles avec notamment le financement de jachères environnementales.