Mardi 26 janvier, le colloque annuel de l’IBMA (International biocontrol manufacturers association) France a été l’occasion de faire un tour d’horizon des solutions déjà déployées (comme les trichogrammes sur maïs) mais aussi des innovations à venir, notamment en grandes cultures.

Ainsi une grande partie (62 %) des recherches se concentrerait sur les micro-organismes. Une enquête auprès des membres de l’IBMA (avec 53 % de réponses) montre même que les cultures ciblées par les projets à venir sont la vigne (30 %), puis les légumes (23 %), les fruits (20 %) enfin les céréales et les oléoprotéagineux (19 %).

Les résultats « minimisés » de cette enquête laissent d’ailleurs espérer une cinquantaire de produits d’ici 2018. Sur céréales à paille, sept nouveaux fongicides pourraient être introduits sur le marché d’ici 2020. Dans le même temps, quatre traitements de semences grandes cultures pourraient aussi voir le jour.

Dans ce contexte, le foisonnement des projets « biocontrôle » a également été mis en avant ainsi que le consortium public privé qui devrait officiellement être lancé au cours du Salon de l’agriculture 2016.

« La liste sera bien entendue révisable ! »

S’il s’agit sans conteste d’un secteur en pleine innovation, Antoine Meyer, le nouveau président de l’IBMA, a noté que la réglementation restait essentielle. Il a fortement insisté sur la liste des produits de biocontrôle (projet de liste au titre de la L253-5 de la loi d’Avenir Agricole), très attendue. « Nous serons très vigilants et espérons obtenir satisfaction avec cette liste et souhaitons qu’elle puisse être actualisée et enrichie régulièrement », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Agriculture, qui a clôturé ce colloque, s’est voulu rassurant - « la liste sera bien entendue révisable ! » - mais il n’a pas évoqué de date de sortie pour cette dernière, à laquelle pourtant beaucoup de textes réglementaires se réfèrent.

Par ailleurs, le biocontrôle a également été largement évoqué mercredi 27 janvier lors de la table ronde sur les préventions des risques en matière phytosanitaire qui était organisé par la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat.

C.Fr.