La Commission européenne a annoncé, mercredi, qu'elle ouvrait une enquête antidumping sur les importations, dans l'UE, de biodiesel en provenance de l'Argentine ou de l'Indonésie.

Le 17 juillet dernier, le Bureau européen du Biodiesel (qui représente plus de 25 % de la production de biodiesel dans l'UE) avait déposé une plainte auprès de la Commission européenne. Cette plainte concerne les importations de biodiesel originaire de l'Argentine et de l'Indonésie, lesquelles feraient l'objet de pratiques de dumping et causeraient un préjudice important à l'industrie de l'UE.

Dans les deux pays concernés, les prix sur le marché intérieur des principales matières premières utilisées dans la production de biodiesel semblent être faussés du fait de l'existence d'un régime de taxes différentielles à l'exportation. Selon les preuves fournies par le Bureau européen du biodiesel, les importations provenant de l'Argentine et de l'Indonésie ont augmenté en volume et en parts de marché et ont gravement affecté les performances globales et la situation financière des industriels européens.

Le 29 août, la Commission européenne a estimé que les éléments de preuve étaient suffisants pour justifier l'ouverture d'une procédure. Elle a donc annoncé qu'elle ouvrait une enquête qui devra déterminer si le biodiesel incriminé fait l'objet de pratiques de dumping, et si ces dernières ont causé préjudice aux industriels de l'UE.

De son côté, l'Argentine a déposé, le 17 août à l'OMC (Organisation mondiale du commerce), une demande de consultation avec l'UE au sujet des restrictions appliquées par l'Espagne aux importations de biodiesel.

F.V.