Sofiprotéol a annoncé lundi la création de la société européenne AD Biodiesel, qui sera spécialisée dans la production et la commercialisation de biodiesel à base de graisses animales et d'huiles alimentaires usagées. Le leader européen du biodiesel sera majoritaire à 60 % dans cette société qui associe par ailleurs le belge Electrawinds (20 %), Akiolis (10 %) et Mindest (10 %).

« Ce biocarburant avancé fait partie du mix énergétique des énergies renouvelables à base de biomasse et contribue à la transition énergétique, a assuré Michel Boucly, directeur général adjoint de Sofiprotéol, en charge du développement et de la stratégie. Il est complémentaire du biodiesel fabriqué à partir des huiles végétales. »

AD Biodiesel sera opérationnelle dès la fin de 2013 et démarrera la production d'esters méthyliques d'huiles animales (EMHA) et d'esters méthyliques d'huiles usagées (EMHU) au plus tard au début de 2015 sur le site Sofiprotéol de Venette (Oise), le berceau de la production de Diester à partir de colza au début des années 1990. L'atelier d'estérification d'esters méthyliques d'huiles végétales (EMHV) de Diester Industrie va être reconverti, avec un nouvel investissement de 8 millions d'euros. En effet, le biodiesel végétal va être plafonné par Bruxelles à 6 % d'incorporation dans le gazole. Or Sofiprotéol avait construit des usines en vue de l'objectif européen initial de 10 %, d'où la reconversion de son site d'estérification pour produire du biodiesel à partir de déchets animaux.

Akiolis et Mindest, spécialisés dans la valorisation des sous-produits issus des filières alimentaires, assureront l'approvisionnement en graisses animales provenant d'animaux morts et de déchets d'abattoirs impropres à la consommation humaine. Electrawinds, spécialisé dans les énergies renouvelables, assurera le raffinage des graisses sur son site d'Ostende (Belgique), en synergie avec une production d'électricité verte. En attendant la conversion de l'atelier de Venette, l'estérification d'AD Biodiesel sera assurée par un site d'Electrawinds.

La production à Venette devrait atteindre à terme 80.000 tonnes commercialisées par Sofiprotéol.

Le marché français des EMHA et EMHU représente selon Sofiprotéol 140.000 tonnes, avec un taux d'incorporation à 0,35 % des carburants d'origine fossile. Sa croissance reste limitée par la disponibilité en matières premières. Mais les EMHU et EMHA bénéficient d'un double comptage lors du calcul de leur incorporation dans le carburant d'origine fossile : 0,1 % d'EMHA équivaut à 0,2 % de biodiesel EMHV. Intermarché va aussi ouvrir une usine de fabrication de biodiesel à partir de graisses animales d'ici à la fin de 2013 au Havre (Seine-Maritime) avec l'équarisseur Saria.

Les huiles usagées proviennent d'huiles de friture de la restauration notamment. Environ 30.000 tonnes sont collectées aujourd'hui, « avec un potentiel de 40.000 tonnes en France », selon Michel Boucly.

Lire également :

Isabelle Escoffier