Une mission d’inspection diligentée dès le 10 mai a permis de vérifier, sur place, « la conformité » de ce site avec les normes en vigueur pour l’élevage de poulets de chair, précise la préfecture dans son communiqué. Les vérifications ont notamment porté sur la conformité de l’exploitation en matière de protection animale et de respect des règles sanitaires.

Une vidéo à charge

Contacté par l’AFP, Philippe Mallet, gérant de l’exploitation incriminée, avait assuré après la diffusion de la vidéo « élever les poulets dans le respect », accusant L214 d’isoler quelques images et de vouloir « nuire à la profession et empêcher les gens de manger de la viande ».

AFP