« L’objectif est bien de définir le poulet de demain », explique Amélie Legrand, responsable des affaires agroalimentaires chez CIWF France. Un objectif que l’association prévoit d’atteindre non pas par la contrainte réglementaire, mais par un engagement volontaire des acteurs de la filière dans la démarche « Better chicken ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !