Si elle est acceptée par les actionnaires de S. Kidman and Co., la proposition devra toutefois recevoir le feu vert des autorités australiennes qui avaient mis leur véto à la fin de 2015 au rachat de la société par des intérêts étrangers.

Fondée en 1899 par le « Roi du bétail », Sidney Kidman, la société S. Kidman and Co. est aujourd’hui un des premiers éleveurs bovins du pays avec 185.000 têtes. Elle détient 1,3 % des terres et 2,5 % du foncier agricole d’Australie.

La proposition de rachat émane d’un consortium composé de Dakang Australia Holdings Pty et d’Australian Rural Capital (ARC). Dakang est détenu à 51 % par une filiale du chinois Hunan Dakang Pasture Farming (dont l’actionnaire majoritaire est le Shanghai Pengxin Group), et à 49 % par Shanghai CRED Real Estate.

370,7 millions de dollars australiens

Elle porte sur l’achat de 100 % des actions de S. Kidman, à 31,38 dollars australiens l’unité. Dakang s’offrirait 80 % des titres contre 20 % pour ARC, qui cogéreraient l’entreprise. « Cette offre valorise Kidman à 370,7 millions de dollars australiens », déclare Kidman dans un communiqué.

« Nous sommes très heureux d’être parvenus à un accord sur les conditions de vente, avec le consortium comme acheteur préféré », ajoute le texte. « Le conseil d’administration va recommander l’acceptation de l’offre par les actionnaires car il n’y a pas de proposition supérieure. »

En opposant son véto en novembre, l’Australie avait expliqué que la vente de Kidman n’était pas dans l’intérêt national du fait de la taille de la société, et qu’un de ses ranchs, celui d’Anna Creek, était situé en partie sur une zone militaire géante.

Mais Anna Creek, dans l’Etat d’Australie méridionale, est exclu du projet de vente. L’appétit grandissant des investisseurs chinois pour les terres agricoles inquiète les autorités australiennes.

AFP