Le conseil d'administration de Groupama a validé vendredi à l'unanimité le principe d'une recapitalisation du groupe à hauteur de 500 millions d'euros par des caisses régionales.

Cette adoption définitive fait suite à une décision prise à l'été de renforcer Groupama SA et survient alors que le groupe traverse une mauvaise passe.

Le deuxième assureur français détient 3,4 milliards d'euros d'emprunt obligataire grec. Alors que Bruxelles a décidé d'alléger de 50 % la dette hellénique, Groupama pourrait perdre 1,5 milliard, sans parler des autres placements malheureux.

L'Autorité de contrôle prudentiel (1), le gendarme du secteur, lui a donné jusqu'à la fin de l'année pour redresser la barre. Le groupe pourrait maintenant envisager de se défaire de certaines branches d'assurances.

_____

(1) Cette autorité est le résultat de la fusion des quatre instances existantes de contrôle et d'agrément des banques et des assurances : la Commission bancaire, l'Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (Acam), le Comité des entreprises d'assurance (CEA) et le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement (CECEI).

Lire également :