La France va avoir un institut technique et scientifique de l'apiculture. «Il sera doté dès cette année d'une enveloppe de 150.000 euros, a indiqué Michel Barnier, à l'issue de la présentation du «rapport Saddier».

Ce rapport initié dans le cadre du Grenelle de l'environnement fait suite à une mission de six mois confiée au député de la Haute-Savoie Martial Saddier «en vue d'analyser la situation et de proposer un programme d'actions pluriannuelles».

Parmi les autres mesures proposées par le ministre de l'Agriculture figure la nomination d'un «monsieur Abeilles» au niveau national.

Le sujet a aussi donné l'occasion à Michel Barnier de revenir sur le plan Ecophyto, qui vise à réduire de moitié les quantités de produits phytosanitaires utilisées en France: «Les agriculteurs ont leur place dans la discussion.»

Michel Barnier compte aussi donner une plus grande place à l'abeille dans l'enseignement agricole, voire de créer une option «apiculture» adossée à un BTS ACSE.

Selon Martial Saddier, l'organisation de la filière apicole, la création d'un institut technique et d'une interprofession visent en premier lieu à donner à la France les moyens de faire barrage aux pathologies déjà connues et aux maladies et parasites émergents.

Le député attend aussi un soutien des firmes pharmaceutiques pour voir quelles molécules pourraient être utiles aux apiculteurs «en attendant la mise au point de méthodes biologiques».

La définition du statut d'apiculteur fait aussi partie de ses recommandations, tout comme la mise en place d'un comité opérationnel apicole. Cette structure chapeauterait l'institut technique et l'interprofession, chargée à travers une «cotisation volontaire obligatoire» de contribuer au financement de l'linstitut.

Un montage similaire avait déjà été mis en place en 1987. L'interprofession Intermiel vivait d'un prélèvement de 32 centimes de franc sur chaque kilogramme de miel commercialisé, ce qui lui permettait de reverser 2 millions de francs à l'Itapi (Institut technique de l'apiculture) pour ses travaux de recherche.

Les bisbilles syndicales, qui sont toujours d'actualité aujourd'hui, avait conduit à saborder l'interprofession en 1990. L'Itapi, qui menait pourtant quatorze programmes de recherche, a disparu dans la foulée.

Téléchargez leRapport de Martial Saddier «Pour une filière apicole durable» (1.44 Mo) .

Consultez notre dossier :

Mortalité des abeilles: les autres pistes

R.S.