Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, s'est félicité, lundi, de la mise en place d'une TVA sociale, annoncée la veille par le président de la République et destinée à restaurer la compétitivité française.

« Nous avons été entendus sur ce point et cela doit permettre de nous rapprocher des coûts salariaux des principaux pays concurrents au sein de l'Union européenne », a déclaré Xavier Beulin, faisant particulièrement référence à l'Allemagne. « On peut regretter que tout cela arrive un peu tard », a-t-il toutefois ajouté.

La hausse de la TVA annoncée, dimanche soir par le chef de l'Etat (de 1,6 point, de 19,6 % à 21,2 %), s'accompagnera d'une exonération des charges familiales patronales. Cette mesure concernera les salaires compris entre 1,6 et 2,1 fois le Smic.

Xavier Beulin souhaite que cette mesure s'applique à tous les actifs agricoles, y compris les exploitants agricoles, et pas seulement aux salariés du secteur.

Dans un communiqué, la FNSEA indique lundi que « les modalités d'exonération sur les salaires nous laissent sceptiques car nous souhaitons que les emplois de production soient réellement touchés. La complexité des mécanismes à mettre en oeuvre ne devra pas faire oublier l'effcicacité ».

Par ailleurs, « la création d'une banque de l'industrie peut être une réelle opportunité : recherche, investissement, innovation sont indispensables pour les filières agricoles et agroalimentaires qui espèrent qu'une part des engagements leur sera consacrée ».

Enfin, « les déclarations du président sur la redensification des villes peut permettre probablement de réduire l'artificialisation des sols et de protéger “finalement” le foncier agricole ».