Dans le cadre de son plan de surveillance des salmonelles, la DGCCRF a conduit une enquête destinée à surveiller la présence de salmonelles et d’entérobactéries dans les aliments pour volailles et les matières premières, dont elle a publié les résultats le 11 mars 2016.

Le taux global de non-conformités était de 2,3 % en 2014. La forte hausse (0,3 % en 2013) s’explique par « le changement des méthodes de prélèvement [qui] a permis d’améliorer la détection de ces agents ». Ce chiffre de 2,3 % est toutefois considéré comme « assez bas » par la DGCCRF, qui souligne que « la contamination est plus importante dans les matières premières que dans les aliments composés ».

Le plan de contrôle révèle un taux moyen de contamination par salmonelle de :

- 2,5 % pour l’ensemble des prélèvements ;

- 2,3 % des aliments pour animaux ;

- 2,9 % des matières premières.

En revanche, « la présence d’un nombre élevé d’entérobactéries ne permet pas de conclure à la dangerosité de l’aliment mais constitue un bon indicateur sur les bonnes pratiques d’hygiène des entreprises contrôlées. Ainsi, 25 % des prélèvements sont déclarés non satisfaisants et 12,5 % « à surveiller ». [...] Les aliments sous forme de farine (moins traités thermiquement) sont, globalement, moins satisfaisants que les aliments granulés et sous forme de miettes. »