L'indice des prix alimentaires mondiaux a affiché pour la première fois en mars une baisse, après huit mois de hausse continue, a annoncé, jeudi, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), dont les experts restent toutefois prudents pour l'avenir.

L'indice avoisinait les 230 points en mars, en retrait de 2,9 % par rapport au pic de février, mais toujours supérieur de 37 % au niveau de mars 2010, a indiqué un communiqué de la FAO.

« Le fléchissement de l'indice général ce mois-ci apporte un certain répit après les hausses continues des huit derniers mois », a déclaré David Hallam, directeur de la division du Commerce international et des Marchés. « Il serait cependant prématuré de conclure à une inversion de la tendance », a-t-il ajouté.

Un avis partagé par Abdolreza Abbassian, expert du marché des céréales à la FAO. « Nous avons assisté à une baisse seulement pour les deux premières semaines de mars. Durant la deuxième quinzaine, les prix ont rebondi et la plupart de ces augmentations n'ont pas été prises en compte dans cet index mais se refléteront dans le prochain », a-t-il expliqué.

« Les prix se situent encore à des niveaux très élevés. Tout dépend de la récolte de 2011 », a-t-il estimé. « Nous attendons les informations sur les nouveaux semis au cours des prochaines semaines pour avoir une idée des niveaux de production futurs », a confirmé David Hellam.

« Mais les faibles niveaux de stocks, les incidences des événements du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord sur les cours du pétrole, et les effets de la catastrophe au Japon sont autant de facteurs qui contribuent à l'incertitude et à la volatilité des prix dans les mois à venir », a-t-il jugé.

Pour Abdolreza Abbassian, « l'aspect le plus important est le pétrole, c'est la cause qui se cache derrière la baisse des prix ».

Les cours internationaux des huiles et du sucre ont enregistré le fléchissement le plus marqué, suivis des céréales. En revanche, les prix des produits laitiers et de la viande ont augmenté, bien que de façon marginale pour la viande.

L'indice FAO des prix des céréales avoisinait les 252 points en mars, en recul de 2,6 % par rapport à février, mais encore supérieur de 60 % à mars 2010. Le mois de mars a été marqué par une extrême volatilité des céréales. Les cours internationaux ont commencé par dégringoler sous l'effet d'événements externes au marché, tels que le climat d'incertitude économique croissante lié aux troubles en Afrique du Nord et dans certaines parties de l'Asie de l'Est et aux séisme et tsunami qui ont frappé le Japon, avant de récupérer la plupart de leurs pertes.

Les prix du riz ont également chuté, compte tenu des disponibilités abondantes dans les pays exportateurs et de la demande d'importations stagnante.

L'indice FAO des prix des huiles/matières grasses a reculé de 19 points en mars, soit 7 %, celui des prix du sucre s'établissait à environ 372 points en mars, en baisse de 10 % par rapport aux pics de janvier et de février.

L'indice FAO des prix des produits laitiers atteignait 234 points en mars, en progression de 1,9 % par rapport à février et 37 % de plus que son niveau de mars 2010. L'indice des prix de la viande n'a guère changé depuis février, demeurant à environ 169 points.