« Manger un fruit uniquement s’il a été cueilli il y a moins d’une minute, faire des minirepas assortis de compléments alimentaires… L’orthorexique est emprisonné dans un ensemble de règles qu’il s’impose », explique le professeur de psychologie interculturelle Patrick Denoux qui estime, selon les études, de 2 à 3 % la proportion d’orthorexiques en France (« Pourquoi cette peur au ventre », JC Lattès).

Conceptualisé dans les années 1990 aux États-Unis, le terme d’orthorexie est défini par Le Petit Larousse en 2012, comme « trouble ».

La question du bien-manger est au cœur des États-généraux de l’alimentation lancés le 20 juillet 2017 et qui doivent tenter de trouver d’ici à novembre des solutions à la crise agricole et aux défis agroalimentaires.

« Soupçon d’empoisonnement »

« Nous vivons une mutation culturelle de l’alimentation qui nous amène à douter fondamentalement de ce que nous mangeons à cause de l’éloignement du producteur et du consommateur, de la délégation du contrôle par le consommateur à des institutions lointaines, des crises alimentaires… », liste le spécialiste.

Après le « traumatisme » de la crise de la vache folle aux débuts des années 1990 puis celle de la viande de cheval en 2013, « on n’a jamais eu aussi peur de ce qu’on mange », confirme Pascale Hébel, du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie).

« L’éloignement du rural a créé ces angoisses » qui « se cristallisent chez les classes supérieures », estime Mme Hébel. Dans notre culture occidentale, ce « soupçon d’empoisonnement » est « valorisé » comme preuve de notre « perspicacité », affirme M. Denoux.

« J’avais l’impression de détenir la vérité sur l’alimentation-santé qui permet de vivre le plus longtemps possible », témoigne ainsi Sabrina Debusquat, qui a été orthorexique pendant un an et demi, et qui a publié un livre sur le sujet (« Métro, Boulot… Bonheur ! », Éditions Ça se saurait).

Cette Française de 29 ans a développé progressivement son syndrome à la suite d’allergies de la peau provoquées par des cosmétiques : de clic en clic, elle tombe sur des sites et des études contradictoires sur l’alimentation.

« Toutes ces informations ont généré chez moi une angoisse énorme. C’est une réaction extrême à une malbouffe extrême », résume-t-elle.

M. Denoux définit trois grands systèmes alimentaires : le traditionnel de « notre grand-mère », l’industriel qui « remplit notre estomac » et le sanitaire qui voit « la nourriture comme médicament ». « L’orthorexique n’arrive pas à combiner ces systèmes, simplifie en se réfugiant dans la santé », et en excluant des aliments.

En un an et demi, Sabrina Debusquat est devenue végétarienne, puis vegan (refus de manger toute protéine animale), puis crudivore et frugivore (alimentation à base de fruits). « Je voulais atteindre une sorte d’état de pureté », justifie-t-elle.

« Vegan pure et dure »

Elle perd ses cheveux, sans s’en inquiéter. Seul l’énervement inhabituel de son compagnon lui permet de se rendre compte de son état obsessionnel. « Mon corps avait fini par tyranniser mon esprit. » Elle décide de s’en sortir et sort acheter de la vitamine B12.

Obtenu à partir de bactéries que l’on trouve surtout dans l’estomac de ruminants ou d’animaux marins, cet élément sert essentiellement à la fabrication des globules rouges.

C’est cette même vitamine dont manquait une patiente de Sophie Ortega, médecin nutritionniste à Paris : « Elle commençait à devenir aveugle par carence de B12. »

« Vegan pure et dure », cette patiente refuse d’en avaler. « C’était comme si elle préférait perdre la vue » que « de trahir son engagement envers les animaux », s’inquiète son médecin.

Praticienne depuis 25 ans, Sophie Ortega souligne la perte actuelle de repères chez ses patients. « Cela devient un casse-tête de remplir son chariot de supermarché et d’équilibrer ses menus. Il y a maintenant des aliments présentés comme des médicaments ; on se dit que ça ne peut qu’être meilleur. » Mais cette médecin insiste : « la bonne alimentation inclut le végétal et l’animal », autorise « la spontanéité » et… « le plaisir ».

AFP