Les Français sont plus de 80 % à réclamer davantage de produits naturels, surtout depuis l'émergence de récents scandales alimentaires, mais restent malgré tout sceptiques face aux labels ou aux discours « green » des marques, indique une étude réalisée par Mediaprism pour 60 Millions de consommateurs.

Selon cette étude réalisée entre le 19 avril et le 2 mai 2013 auprès de 1.210 personnes représentatives, 83 % des Français déclarent faire attention au caractère naturel des produits qu'ils consomment, 34 % déclarant même que c'est devenu un critère impératif pour eux.

Cette sensibilité s'est accrue pour 78 % d'entre eux « au fil de l'accumulation ces dernières années de scandales alimentaires » (vache folle ou plus récemment scandale de la viande de cheval).

Cette volonté de consommer des produits plus naturels passe même devant le critère du prix pour 25 % des Français (37 % des Européens), indique une autre étude réalisée par Nielsen auprès de 29.000 internautes dans le monde.

Cette recherche de naturel concerne au premier chef l'alimentation (92 %), avec notamment les viandes et poissons (82 %) ou fruits et légumes (80 %), mais également les produits d'hygiène-beauté (82 %) et les médicaments (75 %).

Dans leur quête de produits naturels, les Français privilégient l'absence de produits chimiques (63 %) ou le fait qu'ils n'aient pas été transformés, voir de connaître le producteur (48 %).

« Le modèle productiviste semble questionné de façon directe », relève l'étude.

C'est ainsi que 73 % des Français déclarent désormais privilégier les produits d'origine française, 69 % accordant même une attention particulière à acheter des produits de leur région.

De la même manière, le bio est désormais acheté par deux tiers des Français au moins « de temps en temps », tandis que 20 % en achètent « souvent ». Pour 55 % des français, le bio est « meilleur pour la santé », et pour 45 % il est « meilleur pour l'environnement ».

Si les OGM « clivent franchement la société française » (41 % des répondants sont favorables à la recherche scientifique à leur sujet, contre 40 % qui y sont défavorables), 65 % des répondants estiment qu'ils représentent un danger pour la santé humaine. Deux Français sur trois font attention à n'acheter que des produits sans OGM. 56 % souhaitent qu'on interdise leur commercialisation, 13 % s'opposent à cette interdiction et 31 % réservent leur réponse.

De façon plus générale, les Français sont devenus majoritairement méfiants concernant leur alimentation.

Il épluchent donc avec attention les emballages (69 %), scrutant la liste des ingrédients (78 %), le lieu de fabrication (57 %) ou la mention du moindre additif chimique (51 %).

Les labels, autrefois gages de qualité, ne rassurent que 21 % des répondants.

Quant aux discours « vert » des grandes marques, 62 % des Français se déclarent « peu ou pas du tout influencés » par eux, estimant à 89 % qu'ils sont surtout là pour un effet d'image destiné à améliorer la réputation, et qu'ils ne sont en aucun cas un gage de qualité des produits ou de respect de l'environnement.

Les industriels sont même jugés comme étant la principale cause de la malbouffe en France par 79 % des personnes interrogées, juste devant les consommateurs eux-mêmes (71 %) qui à force de rechercher des « produits tout faits et pas chers » se retrouvent à manger de mauvais produits.

Signe de cette prise de conscience : plus d'un Français sur cinq (21 %) déclare avoir changé ses habitudes alimentaires depuis le dernier scandale de la viande de cheval en février, 62 % déclarant manger moins de plats cuisinés.