Les problématiques des ressources en alimentation, en énergie et en eau sont interconnectées et les réponses apportées face à l'augmentation de l'utilisation de ces ressources doivent être intégrées, souligne le rapport annuel sur les risques mondiaux, publié par le Forum économique mondial, deux semaines avant la rencontre de Davos (Suisse), qui aura lieu du 26 au 30 janvier 2011.

La croissance de la population mondiale et la croissance économique exercent une pression croissante sur ces ressources et la demande pourrait augmenter de 30 à 50 % au cours des deux prochaines décennies.

Des « compromis difficiles » seront de plus en plus nécessaire entre l'énergie, la nourriture et l'eau, explique le rapport.

Il cite les biocarburants qui pourraient représenter 5 % du transport routier mondial d'ici à 2030. Leur production pourraient consommer une grande partie de l'eau utilisée pour l'agriculture, selon certains experts.

Autre exemple : l'extraction de gaz de schiste promet un accès à de nouvelles réserves de combustibles fossiles, mais elle est très gourmandes en eau et peut poser un risque pour la qualité de l'eau.

Un des défis pour les gouvernements et de coordonner les politiques de l'eau de l'énergie et de l'alimentation.

Le prix des ressources a aussi « un rôle important à jouer dans la gestion la demande » souligne le rapport. Idéalement, ces prix devraient inclure les coûts des impacts environnementaux et sociaux de l'exploitation des ressources.

Cependant, le rapport recommande une mise en place progressive de tels mécanismes car l'augmentation du prix de l'eau aurait des conséquences sociales négatives dans de nombreuses régions du monde.

Selon les experts, une telle gestion est essentielle à la pérennité de la croissance économique et ne rien faire dans ce domaine conduirait à des dommages irréparables avec des coûts encore bien supérieurs.

Une des clés sera également l'innovation technologique et parmi elles, les biotechnologies. De nouveaux mécanismes financiers pour la gestion des risques seront également nécessaires.

Les autres risques globaux mis en avant cette année dans le rapport du Forum économique mondial sont les déséquilibres macroéconomiques et l'économie illégale (corruption...).