Dans leur dernière note mensuelle de conjoncture diffusée lundi, le Syndicat national des industriels de la nutrition animale (Snia) et Coop de France nutrition animale constatent une production globale d’aliments composés en baisse de 1,9 % en septembre, par rapport à la même période en 2015.

En détaillant par espèces, les aliments classiques pour bovins reculent de 4,9 %, au profit des mashs qui bondissent de 7,8 %. Les aliments destinés aux porcins subissent une légère baisse, de 0,7 %. « La hausse de 1,6 % en porcelets et de 3,1 % en truies atténue les effets de la baisse en porcs à l’engraissement, qui affiche 2,1 % », précise la note. Du côté des volailles, la production d’aliments recule globalement de 2,7 %. Toutes les productions sont touchées, exception faite des dindes, dont l’aliment gagne 3,3 %.

L’influenza aviaire plombe la production pour palmipèdes gras

Sur les neuf premiers mois de l’année 2016, la production d’aliments composés est en baisse de 4,9 %. Ramenée aux bovins, cette chute affiche 11,3 % pour les aliments classiques, tandis que les mashs progressent de 3,7 %. « La baisse d’activité s’intensifie en porcs, avec une chute de 3,3 %, complète la note du Snia et de Coop de France. Le recul de 4,4 % du secteur des volailles résulte principalement du vide sanitaire opéré dans la filière des palmipèdes gras. » Cette dernière voit sa production d’aliments s’effondrer de 29,2 %.