Malgré l’augmentation lors de premiers mois de 2019, la Fefac n’imagine pas que la demande du secteur bovin continue à progresser. D’autant qu’elle « a été relativement élevée ces trois dernières années, poussée par la suppression des quotas laitiers et des conditions climatiques » défavorables à la production fourragère.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !