Le président du Conseil régional de Bretagne, Jean-Yves Le Drian (PS), a promis mercredi une « inversion de phénomène » des algues vertes dans les cinq ans, grâce au plan de réduction des rejets de nitrates initié l'an passé avec le gouvernement.

« Ce processus, soumis au contrôle d'un comité scientifique indépendant, est d'ores et déjà engagé et permettra une inversion du phénomène dans les cinq ans », a-t-il assuré, dans un communiqué.

« Mais pour que ce processus aille à son terme, il convient d'être en permanence dans la transparence et la vérité », a-t-il ajouté, soulignant notamment la nécessité de « ne pas cacher la réalité, dans les sites où la prolifération existe et peut être dangereuse ».

Mardi, la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a ordonné la fermeture de toutes les plages où les algues ne pouvaient être ramassées toutes les 24 heures.

A ce jour, « seule une plage sur les 558 zones de baignade du littoral breton est aujourd'hui fermée », celle de Morieux, dans l'estuaire du Gouessant et « toutes les autres sont sécurisées », a rappelé Jean-Yves Le Drian.

« Conscients de leurs responsabilités, les maires des zones sensibles n'ont pas attendu la déclaration de la ministre de l'Environnement pour assurer en permanence le ramassage des algues », poursuit-il, soulignant qu' « ils s'impatientent des financements promis par le Premier ministre pour en assurer les coûts élevés ».

« Les agriculteurs des huit zones concernées sont très mobilisés autour des mesures agro-environnementales à mettre en oeuvre » pour faire évoluer les pratiques agricoles dans les huit territoires littoraux concernés, indique également l'élu.

Les propos de NKM jugés « insultants » par le président de la chambre d'agriculture

Le président de la chambre d'agriculture de Bretagne, Jacques Jaouen, a de son côté jugé révoltants et insultants des propos de Nathalie Kosciusko-Morizet qui avait souligné la responsabilité de l'agriculture dans le phénomène des algues vertes.

« Les propos tenus (...) par la ministre de lEcologie à légard du monde paysan sont profondément révoltants et particulièrement insultants pour les hommes et les femmes de notre région, qui, à force de travail acharné ont assuré le développement de la Bretagne », a-t-il déclaré, mercredi dans un communiqué.

« Sur les problématiques environnementales en général et sur celle des algues vertes en particulier, bien quil s'agisse de responsabilités collectives, les agriculteurs bretons ont pris leur part de responsabilités et ont fourni des efforts considérables depuis ces dernières années », ajoute-t-il.

« J'enrage devant tant de procès d'intention et devant tant de stigmatisation vis-à-vis de notre profession », souligne-t-il encore.

Lire également :

Algues vertes : fermeté de la ministre de l'Ecologie sur la réduction des nitrates