Le Parlement européen a définitivement validé, mercredi, un compromis qui prolonge jusqu'à la fin de 2013 le programme européen d'aide aux démunis (PEAD), tout en demandant que ce programme soit maintenu au-delà.

Lors d'un vote à Strasbourg, les eurodéputés ont donné leur feu vert au maintien pour deux ans de ce programme doté de près de 500 millions d'euros annuels, qui permet de distribuer des repas à quelque 18 millions de personnes dans le besoin, par le truchement des associations caritatives, banques alimentaires et autres soupes populaires.

La France, qui défendait le maintien de ce programme, est parvenue, à la mi-novembre 2011, à un compromis avec l'Allemagne pour assurer à titre transitoire le maintien de ce financement pour les deux prochaines années, à condition que l'UE y renonce à partir de 2014.

Mercredi, les députés n'ont pu que valider le compromis portant sur les années 2012-13, mais ils en ont profité pour réclamer une solution pour les années suivantes. La fin du PEAD après 2013 « serait le triste symbole de la fin de l'Europe solidaire ! », a jugé l'élue UMP/PPE Rachida Dati. Après 2013, « la pauvreté existera toujours, et nous ne pouvons tout simplement pas dire “Voilà, c'est fini” », a résumé le député allemand Martin Häusling du Groupe des Verts.

La Commission européenne, de son côté, a rappelé qu'elle était favorable à une prolongation du programme au-delà de 2013, « dans le cadre de la politique sociale ». « Cette proposition budgétaire est maintenant sur la table du Conseil (représentant les Etats membres, ndlr) et du Parlement », a observé le commissaire à l'Agriculture, Dacian Ciolos.

  

Lire également :