Après un record de vente de matériel agricole en France l'année dernière, l'Axema, le syndicat des constructeurs et importateurs français de matériel agricole, prévoit une baisse du chiffre d'affaires de 10 % en 2014.

Plusieurs raisons expliquent ce renversement de tendance, à commencer par la réforme de la Pac chez les céréaliers notamment. D'autre part, nombreux sont les agriculteurs à avoir renouvelé leur matériel ces trois dernières années, d'où cette pause dans les investissements.

Autre facteur important, le passage à la norme Tier 4 final pour les moteurs de plus de 175 ch dès le début d'année, qui a délibérément favorisé l'anticipation des achats en 2013. En effet, cette technologie qui limite les émissions de particules (MP) à 0,02 g/kWh et moins de 2 g/kWh d'oxyde d'azote (NOx), augmente le prix du produit final.

Selon l'Axema, les exportations des constructeurs français sont limitées en Europe de l'Est par le conflit en Ukraine.

Notons toutefois que ce ralentissement général des ventes de matériel est à relativiser. Le secteur des agroéquipements a connu une expansion de 2010 à 2013 avec plus de 34.000 tracteurs vendus en 2013. Le chiffre d'affaires global était de 6 milliards d'euros l'année passée. De plus, ce ralentissement serait bien moins brutal qu'en 2009-10 où les commandes s'étaient effondrées de 50 %.

Lire également:

Henri Etignard