Après une bonne année sur les marchés européens de l'agroéquipement, proche du record de 2008, « la prévision pour 2012 reste globalement très positive, en raison des bons revenus en récolte et de prix du lait plus favorables », avance Axema (Union des industriels de l'agroéquipement) dans un communiqué diffusé jeudi.

Selon les premières estimations diffusées par Axema, « le marché européen des agroéquipements a augmenté de 15 % en 2011 à 24 milliards d'euros (33 milliards de dollars), proche de son record de 2008. La prévision pour 2012 reste globalement très positive, en raison des bons revenus en récolte et de prix du lait plus favorables ».

Néanmoins, avertissent les fabricants de matériel agricole, « après avoir enregistré une croissance supérieure à la moyenne en 2011, quelques marchés seront, mécaniquement, de nouveau en baisse ».

Ainsi le marché allemand, « sous la barre des 5 milliards d'euros en 2011, a atteint son plus haut niveau », indique le communiqué. Pour la France, deuxième marché européen, « le haut niveau actuel devrait se maintenir en 2012 », estime Axema. Quant au marché italien, « certains indicateurs laissent penser que la détérioration devrait se poursuivre ».

Pour Axema, la réforme de la Pac qui entrera en vigueur en 2014 « jouera un rôle décisif dans les investissements d'agroéquipement » dans les deux ans à venir.

Pour les professionnels de l'agroéquipement, « soit la baisse prévue des subventions en Europe de l'Ouest conduira à des investissements anticipés, soit l'incertitude se traduira par un attentisme des consommateurs ». En Europe de l'Est, les nouveaux Etats membres « continueront d'avoir des besoins élevés d'investissement en agroéquipement », lesquels seront probablement soutenus par « une légère augmentation des subventions par hectare à moyen terme », projette Axema.

L'organisation se réjouit dans ce contexte des perspectives de vente de machines neuves et d'occasion qu'elle juge « importantes ». Mais la demande de machines en Europe de l'Ouest « déjà largement équipée », est dirigée vers les technologies de pointe pour une agriculture de précision, alors qu'un grand nombre de nouveaux pays industrialisés s'oriente vers une plus forte mécanisation de leur agriculture, précise Axema.

La demande mondiale d'Agroéquipement reste élevée

L'industrie mondiale des agroéquipements est globalement optimiste pour l'année 2012, prévoyant une stabilité de la demande de tracteurs et machines agricoles par rapport à un niveau déjà élevé en 2011, rapporte Axema. Selon les premières estimations dévoilées par les fabricants de matériel agricole, le volume de la production mondiale d'agroéquipements en 2011 est évalué à 72 milliards d'euros (98 milliards de dollars) et devrait croître encore de 8 % en 2012.

Axema signale des taux de croissance « impressionnants » pour les marchés émergents, comme en Chine, au Brésil, ou encore en Inde.

Le marché des agroéquipements chinois, avec un volume estimé à 15 milliards de dollars en 2010, continue d'enregistrer un taux de croissance à deux chiffres. Pour 2012, l'Association chinoise prévoit 10 % d'augmentation, sous l'effet d'investissements considérables du gouvernement chinois, prévient Axema.

Au Brésil en 2011, le nombre de tracteurs et moissonneuses-batteuses vendus a augmenté de 10 % et 17 % respectivement. L'Association brésilienne prévoit une croissance de 10 % en 2012, avec des conditions de crédit favorables fixées par la banque nationale de développement.

Quant au marché indien qui devrait connaître un accroissement de 20 %, indique le communiqué, à moyen terme il « continuera d'offrir localement des débouchés pour les machines d'occasion, les structures agricoles étant presque exclusivement des exploitations sur des zones restreintes ». Selon Axema, l'Inde devrait rester pour l'instant un marché « essentiellement servi par une production locale de machines ».