Environ 550 personnes selon la police, un millier selon une source syndicale, dont des salariés du volailler Doux ou des abattoirs Gad SAS, en redressement judiciaire, ont manifesté, samedi à Pontivy (Morbihan), pour la défense de l'emploi et de l'industrie agroalimentaire en Bretagne.

« On voulait faire prendre conscience aux Bretons de l'importance de l'industrie agroalimentaire qui représente 150.000 emplois directs et induits », a dit Gérard Ferré, secrétaire général de l'UNSA Bretagne, un des organisateurs de la manifestation avec la CFDT.

« Il faut aussi qu'on structure au plus vite cette filière agroalimentaire », a ajouté M. Ferré, rappelant les difficultés rencontrées par le volailler Doux et les abattoirs Gad SAS, placés en redressement judiciaire. « Ces entreprises n'ont pas su anticiper et prévoir la crise qui était quasi inévitable. Rien n'a été fait pour éviter les fermetures d'abattoirs et les licenciements secs », a déclaré le syndicaliste. « Il faut que les pouvoirs publics, les entreprises, les acteurs sociaux se mettent autour d'une table pour que la filière se structure au plus vite », a-t-il poursuivi. « Il faut aussi qu'on donne enfin une formation aux personnels de l'agroalimentaire », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué diffusé avant la manifestation, la CFDT et l'UNSA réclamaient aussi « un engagement de tous, industriels, pouvoirs publics, institutions politiques, dans l'élaboration d'un plan régional de reconquête de marchés, basé sur l'innovation, la recherche, la formation et le développement au niveau de chaque filière de stratégies industrielles offensives ».

A télécharger : L'agroalimentaire en Bretagne (étude du ministère de l'agriculture)